Publié par : MarieMag | 6 mars 2012

Montréal By Night

Une chose qu’on apprend rapidement ici, c’est à quel point la nuit peut prendre des aspects différents selon les cultures et l’endroit où on se trouve. Trois fois plus peuplée que Québec, capitale de la province du même nom, et deuxième ville francophone au monde après Paris, Montréal ne peut pour autant s’élever au rang de notre bonne vieille fétarde de capitale ou du moins part se pieuter bien avant. Difficile de trouver un endroit ouvert après 3h du mat’, la consommation étant interdite dans les bars au delà de cette heure. Et la quête d’un point de vente après 23h serait bien vaine, ce serait prendre froid pour du jus de raisin.

Saperlipopette t’entends-je déjà t’écrier devant ton écran d’argent, mais quel est donc ce monde à la prohibition faussement dissimulée ? Pas de panique, tu te doutes bien qu’une agglomération de 4 millions d’habitants, dont 44% a moins de 35 ans, saura trouver un moyen de festoyer comme il se doit, hiver comme été. Question ambiance, monsieur et madame donneront autant que faire se peut jusqu’au bout de leur courte nuit. Les filles sortent leurs jupes les plus courtes et leurs top les plus tepu tandis que les 2% de québecois dragueurs s’agglutinent en discothèque, à la recherche d’une jolie blonde à qui offrir une bonne grosse dose d’éthanol désinhibante.

Qu’on se le dise, les apparences ne sont pas en faveur d’un festoiement constant et intempestif, mais je gage ma bonne foi en disant ceci : la fiesta à la canadienne, c’est pas pour les fillettes. Et puis, Montréal étant une ville sans complexe, on peut y boire pour pas trop cher si on fait le choix de ne pas fanfaronner, ses billets verts en queue de paon. Enfin, il y a toujours moyen de découvrir de nouveaux endroits car les réputations s’éteignent aussi vite qu’elles apparaissent. D’ailleurs puisqu’on y est, voici quelques places sympas déjà ou bientôt testées par votre honnête et dévouée baroudeuse écrivaine :

Le Rouge, 7 rue Prince Arthur Ouest, branchouille, un brin onéreux mais sympa. Idéal pour écouter du David Guetta.

2Pierrots, 104 rue saint Paul Est, une boite à chanson de la fin de semaine. Ambiance ultra-québécoise, délurée comme il faut, juste ce qu’il faut.

L’Avenue du Plateau, 922 avenue du Mont-Royal Est. Plus un resto qu’un lieu de débauche, mais franchement inratable pour sa folie artistico-révolutionnaire. A voir rien que pour leurs WC décorés au fluo !

Les endroits que je n’ai pas encore fait mais paraît que…

– c’est ouvert 24/24 et ça sent la Poutine (si tu sais pas ce que c’est, tu l’apprendra bien assez tôt) à toutes les modes: La Banquise, 994, Rachel Est

– c’est l’after (jusqu’à 6h) à la réputation badante : Circus, 917 rue Ste Catherine Est. Mal vu par beaucoup pour la simple et bonne raison que les derniers fêtards sont les premiers saouls. Et que quand il n’y a plus à boire, y a toujours à sniffer/avaler/manger/piquer. Je dis ça, je dis rien.

– le lieu n’a rien à voir avec l’intitulé: Les Foufounes électriques, 87 rue Ste Catherine Est. Franchement, rien que le nom donne envie d’être curieux.

Publicités

Responses

  1. les places sympas et testées … hm dis moi t’es déjà québécoise ou quoi ?
    Par chez nous on dit les endroits ou les lieux 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :