Publié par : MarieMag | 13 mars 2012

Tuesday Cliché #2 Le valeureux Québecois s’exprime bizarrement

Chaque mardi, je décortique pour toi un cliché collé à Montréal et à ses environs, un petit quelque chose que l’imaginaire collectif superpose à la réalité, facilitant de fait la perception d’une identité nationalisée. Au fait, paraît que les français puent.

Faux… paraîtrait qu’ils parlent comme nos ancêtres.

La langue au Québec. Voilà toute une histoire ! Peut-être serais-tu enclin à penser que l’expat’ français se la joue feignasse en s’exilant vers la Belle Province. Alors oui, comme tout le monde sait, la région québecoise est francophone et Montréal la deuxième ville au monde parlant notre langue, après Paris. Et en théorie c’est bien pratique.

Mais dans la vraie vie, je te parie 20 billets que ton conseiller de la Banque Nationale va réussir à t’embrouiller le cerveau en deux coups de cuillère à pot avec ses mots, son accent et ses présentemaint qui se pointent à tout bout de chaim… pardon champ. Car qu’on se le dise, si le Québécois se fait comprendre par le Français, c’est surtout parce qu’il le veut bien. Après, tout est question de relativité. Tu comprendras sûrement plus le gars d’ici qu’un Javanais. En attendant, si un Montréalais te demande si tu veux un sac pour tes courses et que t’as la vague impression que le mec t’en veux sans savoir pourquoi, pas de panique, c’est normal ça arrive à des gens très bien.

Selon la légende, le Québecois d’aujourd’hui parlerait comme notre bon vieux poto mégalo Louis XIV. Une information contestée par moult historiens, chaque langue évoluant en toute logique en fonction du temps qui passe. Mais ici, beaucoup tiennent plus au mythe qu’à la réalité. Faut dire que venir tout droit de l’hexagone ne joue pas forcément à ton avantage. Concrètement, le franchouillard est réputé pour sa grande gueule pleine de mots et ses grands airs de Monsieur de.

Rassure toi, l’assimilation des tics de langages se fait plus rapidement que la fonte des neiges. Tout commence par un Okay=Owky (que j’ai déjà, saperlipopette!) nonchalant et peu alarmant. Mais soudain, leu (là), çeu (ça), c’est plate (dommage) et correc’ se retrouvent en fin de tes phrases sans crier gare. Et ta famille de se ficher de ton nouvel accent mi-suisse, mi-belge, mi-raisin, bref, un truc bien d’ici mais toujours de chez toi. Tabarnak.

PS: Tu vas me rétorquer un « mais non » encourageant, mais c’est un fait : niveau écriture et patate mentale, je suis un peu à la ramasse. Je te fais donc mes plus plates excuses. Entre les microbes qui trainent et le cultural choc, je ne sais plus trop où donner de la tête.

Publicités

Responses

  1. comme chaque année, diogene86, le grand pere de bretagne sera pour 5 mois a Grande digue au nouveau brunswick. … si des vacances au bord de la mer vous consuisaient dans le secteur, c’est avec plaisir que nous vous ferons goûter à la gastronomie acadienne…..
    amicalement
    papymacre@yahoo.ca
    a mon avis, le parler acadien est plus proche que le quebecois du parler de l’ancien temps, et l’accent n’est pas celui du quebec mais plutôt celui du potou profond….


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :